l-emmerdeur-film-1661Comédie culte et  grand classique du cinéma Français, L'Emmerdeur réalisé dans le milieu des années 70, est, à l'origine, le film est une adaptation d'une pièce de Francis Veber baptisé Le Contrat, avec Jean Le Poulain et Raymond Gérome, qui ne s'entendent absolument pas en dehors de la scène.

Devant le succès de cette pièce, l'auteur décide d'en écrire une adaptation après que Lino Ventura ait manifesté un intérêt devant le scénario de ce qui deviendra finalement L'Emmerdeur.

C'est pour ce film que le metteur en scène imagine le physique et le nom de François Perrin ou François Pignon, patronyme qui reviendra régulièrement par la suite.

Pour donner la répliques à Lino Ventura, Francis Veber choisit Jacques Brel. Les deux hommes se connaissent bien puisqu'ils ont déjà joué ensemble un an plus tôt dans le film de Claude Lelouch, L'Aventure C'est L'aventure, tandis que la réalisation est confié à Edouard Molinaro qui avait déjà dirigé Jacques Brel dans Mon Oncle Benjamin.

Le casting est complété par Caroline Cellier, Jean Pierre Darras et Nino Castelnuovo.

L'histoire commence après un attentat raté contre Louis Randoni, un ancien mafieux qui doit témoigner contre ses anciens employeurs.

Le jour du procès est envoyé un des tueurs à gages les plus impitoyable et les plus efficace, Ralf Milan. Celui ci doit abattre Randoni devant les marches du tribunal. Pour cela, il prend une chambre juste en face du palais de justice.

Dans le même temps, un modeste représentant en chemise du nom de François Pignon s'apprette à faire une surprise à sa femme en lui donnant rendez vous.

Il s'installe dans le même hôtel que Milan, juste la chambre à coté, et téléphone à son épouse pour se rendre compte qu'elle l'a quitté pour un médecin, un neurologue extrêmement riche.

Déprimé, Pignon envisage de se suicider et sera sauvé par le tueur à gages. "Vous vous êtes collé un drôle de boulet", lui lance le garçon d'hotel, il ne sait pas à quel point.

La première réussite du film tient à son duo qui fonctionne parfaitement. Lino Ventura est impassible dans son personnage de tueur sans état d'âmes, un rôle de dur qu'il connaît bien pour l'avoir joué souvent. Face à lui, Jacques Brel incarne un véritable naïf dont la maladresse peut rapidement vous pourrir la vie, un rôle tellement taillé pour lui que l'apparition de son air rêveur dans les premières minutes suffit à nous renseigner sur le personnage.

Le film enchaine les situations rocambolesque, notamment lorsque Lino Ventura se retrouve drogué par erreur et fait un véritable carnage chez le medecin jusqu'a se retrouver avec la camisole de force.

On pourrait citer aussi l'acouchement ou lorsque François Pignon tente de se pendre dans sa salle de bain et fait exploser la tuyauterie.

Bref, L'emmerdeur reste une très grande comédie, que je me revoit toujours avec le même plaisir, et qui doit énormément au talent de ses deux acteurs ainsi qu'au génie de Francis Veber.