insidious 2Après le succès d'Insidious, Il semblait impossible que les producteurs Jason Blum et Oren Péli ne cherchent pas à éxploiter le filon en lançant la production d'une suite.

On y retrouve la même équipe que le premier opus, que ce soit du coté technique avec la présence de Leigh Wannell au scénario, James Wan à la réalisation ou devant la caméra, Rose Byrne, Patrick Wilson, Barbara Hershey, Lin Shaye et le duo de chasseur de fantômes Leigh Wannell et Angus Sampson.

Cette suite reprend peu après la fin du premier épisode. On retrouve donc les membres de la famille Lambert, réfugiés chez Lorraine, la mère du mari, Josh. Tous espèrent pouvoir tourner la page et oublier le drame qu'ils ont vécu. Mais, le comportement étrange de ce dernier inquiète fortement son épouse, Renai, et ses enfants. En particulier Dalton, l'ainé, qui, un soir, est témoin d'un fait inquiétant : Son père semble être dans un état second et parait s'adresser à quelqu'un, mais, que l'enfant ne voit pas.

Plus grave : Les apparitions répétés d'une jeune femme semblent indiquer que la famille Lambert n'en a pas encore terminé avec les esprits. Pendant ce temps, les deux chasseurs de fantômes Specks et Tucker enquêtent pour tenter de comprendre les faits ayant conduit à la port de leur patronne et amie. Ce qu'ils vont découvrir va s'averer surprenant et démontrer aux deux hommes que le cauchemar ne fait que commencer.

Ce chapitre 2 confirme le fait qu'Oren Peli et Jason Blum ont surtout trouvé en Insidious une saga à capable de succéder aux Paranormal Activity. 

Mais, pour autant, qu'en est il sur le front de la qualité ? Si le premier Insidious s'averait agréable malgré un coté hommage évident à Poltergeist version 80,  ce n'est plus cas de ce second opus qui plonge, dés sa première scène, dans le nawak le plus totale.

Car, James Wan et Leigh Wannell ouvre leur film par un passage déjà présent dans le précédent film, mais, sous forme d'explication, à savoir la première rencontre entre Josh Lambert et Elise, la médium.

Pourtant, ce n'est rien en comparaison de ce qui suit, car, à l'évidence, cette suite à été uniquement lancé dans le but de faire plaisir aux producteurs. Il suffit de prendre une séquence filmé par les deux chasseurs de fantômes en found footage, et qui pourrait sortir de n'importe quel épisode de Paranormal Activity pour comprendre l'ampleur des dégâts.

James Wan et Leigh Wannell semble ainsi vouloir prendre un soin tout particulier à massacrer leur univers, qui culmine lors d'une séquence contredisant totalement l'un des passages du premier film quand les responsables ne tentent pas d'inverser une séquence du l'opus original. Quant au thème de la projection astrale, il vire au ridicule, le personnage de Josh ayant désormais la capacité de remonter le temps à loisir et de côtoyer les morts en général, quant il ne devient pas schizophrène et voit son corps pourrir lentement tandis qu'une petite voix lui murmure de tuer tout le monde, son épouse passe son temps à douter de lui, et les origines du fantôme de la vieille femme, celle qui voulait s'en prendre au mari, sont levé, tout ça pour nous révéler qu'il s'agissait d'un travesti maltraité par sa mère.

Bref, ce Insidious Chapitre 2 vire rapidement au gros n'importe quoi brouillon, joué par des acteurs en roue libre (mention spécial pour Patrick Wilson et ses gros yeux), et, encore une fois, ne doit son existence qu'à un besoin pressant d'amasser des dollars ou de faire plaisir à quelques producteurs.

Afficher l'image d'origineMème si la qualité n'est plus au rendez vous, cette suite à rapporté presque autant que le premier opus. Dans ces conditions, pourquoi s'arreter la ? Voici donc que déboule Insidious 3, un opus en forme de préquel dont la particularité est de n’entretenir aucun rapport avec le rèste des épisodes, hormis quelques détails éparses comme le personnage de la méduim incarné par Lin Shaye qui est la seule présente depuis le début de la saga à reprendre du service avec les deux chasseurs de fantômes toujours incarné par Leigh Wannell et Angus Sampson.

Quant à la réalisation, elle échoue à Leigh Wannell, scénariste des deux premiers opus, qui remplace donc son camarade James Wan, trop occupé avec ses véhicules rutillants. Ce dernier trouve tout de mème le temps de faire un petit caméo en directeur de théatre dans ce qui à été annonce comme le dernier opus de la franchise.

L'intrigue est centré sur une adolescente du nom de Quinn Brenner qui vit dans un petit appartement avec son père et son jeune frère. Un soir, elle est renversée par une voiture devant le théatre ou elle venait de passer une audition. Amenée à l’hopital dans un état grave, elle est finalement sauvée après avoir été cliniquement morte durant quelques secondes.

Quinn est alors contrainte de rester chez elle ou l’adolescente doit se déplacer en fauteuil roulant. C’est alors que des phénomènes étranges commencent à se produire autour d’elle, le plafond de la chambre se fissure et Quinn commence à faire d’étranges rèves.

Son père demeure impuissant et c’est par désèspoir qu’il vient consulter en dernier recours une médium réputé du nom d’Elise Rainier. La vieille dame, qui s’était juré de ne plus utiliser ses dons après la mort de son mari, choisit finalement de reprendre du service et fera l’impossible pour sauver Quinn, avant qu’il ne soit trop tard et que le démon qui tyranise l’adolescente ne s’empare d’elle définitvement.

Comme je le stipulait plus haut, Insidious 3 est une prequelle. Mais, n’attendez pas d’y trouver des réponses aux évènements des deux précédents films.

Tout juste y apprends t on qu’Elise, la medium, a perdu espoir après la mort de son mari, ce qui paraît normal, et que la famille Lambert n’est pas la première fratrie à être aidé par la voyante, ce dont on pouvait se douter et qui était confirmé à la fin d’Insidious.

Pour le rèste, ce troisième opus, même si il est particulièrement soigné au niveau la réalisation, se rapprocherait plus d’un épisode de Paranormal Activity, le found footage en moins. Sur une intrigue pas franchement enthousiasmante, ni révolutionnaire, Leigh Wannell se contente de suivre les traces de son prédécesseur à la trace. Sauf qu’il n’y a plus grand chose à raconter et que l’ennui prend vite le pas sur le reste. Le réalisateur tente bien d’offrir le minimum en scènes de trouille, ça reste du frisson de supermarché et surtout, comme je l’ai déjà dit, ça ne fonctionne plus.

Ajouter à cela des comédiens qui ne semble pas vraiment y croire et vous obtenez un troisième opus qui n’apporte rien à la saga et demeure complètement inutile, prouvant, une nouvelle fois après Insidious 2, que le premier film se suffisait à lui même et qu’il n’y avait pas besoin d’en rajouter.