walking dead 3

Suite aux excellente audiences de la saison 2, les responsables de la chaînes AMC, qui diffuse The Walking Dead, ne mettent guère de temps à annoncer une nouvelle fournée d'épisodes. Mais, en coulisses, quelques problèmes subsistent. Il y a d'abord le départ de l'initiateur du show, Frank Darabont. Ce dernier sera rapidement remplacé par Glenn Mazarra, qui se verra lui aussi éjecté durant la saison 3, auquel succédera Scott M. Grimple, producteur et responsable du scénario sur plusieurs épisodes. Il y a aussi les nombreuses critiques envers la saison précédente, certains lui reprochant son manque de péripéties.

Première surprise : Cette nouvelle fournée compte 16 épisodes au lieu des 13 des deux premières sessions. De nouveaux acteurs sont annoncé, notamment David Morrisey dans le rôle du gouverneur, et Danai Gurira dans celui de la mystérieuse Michonne.

Dés le début du premier épisode de cette saison 3, il est évident que les critiques ont été entendus, cette nouvelle fournée s'annoncent plus sanglante et plus riche en terme d'action.

On retrouve Rick et les autres survivants, parmi lesquelles sa femme, Lori, enceinte. Huit mois se sont écoulés et ces derniers tentent toujours de rester en vie en faisant des raids dans des maisons abandonnées. Epuisés et à bout de force, ils décident de s'installer dans une prison. Mais, le bâtiment comporte quelques surprises, et notamment des rôdeurs qui grouillent à l'interieur, sans oublier les quelques détenus qui sont parvenus à s'en sortir et qui ne vont pas toujours se montrer coopératifs. 

A plusieurs kilomètres de la, Andréa, séparé du groupe à la fin de la saison 2, survie sous la protection d'un redoutable combattante adepte du sabre, Michonne. Peu bavarde et solitaire, cette dernière à pourtant développé avec la jeune femme un véritable lien d'amitié.

Un lien qui sera mis à mal lorsque les deux femmes arrivent à Woodbury, un camp de réfugié dirigé par un homme charismatique qui se fait appeler Le Gouverneur.

Il ne faut pas longtemps pour qu'Andréa tombe sous le charme de cet individu, au grand dam de Michonne qui, elle, se méfie de lui. Avec raison puisqu'il apparaît vite évident que, sous son air aimable et gentil, Le Gouverneur cache en réalité une personnalité beaucoup plus sombre, celle d'un dangereux manipulateur dont l'une des pièces de sa maison est orné de tètes de rôdeurs placé dans des bocaux en verres.

Parmi les hommes de mains du responsable du camps, se trouve un certain Merle Dickson, le propre frère de Daryl, apparu brièvement dans la saison 1 et dont on était resté sans nouvelles après sa fuite.

Sauvé par le Gouverneur, et désormais affublé d'une main au bout de laquelle pointe une lame de couteau, l'homme est désormais pret à tout pour servir son patron, quitte à tuer. Ce dernier finira, malgré tout, par le renvoyer suite à une série d'échecs et Merle trouvera refuge dans la prison, auprès de Rick et des autres.

Mais, c'est surtout à un véritable affrontement auquel va devoir de préparer le petit groupe, car, lorsque Le Gouverneur découvre l'existence de la prison, il ne pense plus qu'à s'en emparer.

Lors d'un affrontement avec Michonne, cette dernière crève un oeil au chef de Woodbury. Ivre de rage, Le Gouverneur  va se montrer sans pitié avec Rick et les autres survivants. 

Malgré les nombreux éléments qui émaillent cette saison 3, il me faut reconnaître que j'ai trouvé cette nouvelle fournée d'épisodes beaucoup moins passionnante que les deux précédentes.

Voulant retarder au maximum le moment fatal de la rencontre entre le groupe de Rick et Le Gouverneur, les responsables décident de profiter de l'allongement de la série pour développer un peu plus l'intrigue et les personnages. Le problème étant qu'il faut attendre la moitié de la saison pour qu'enfin, les choses sérieuses commencent.

Durant les 7 premiers épisodes, on suit la vie des deux groupes qui évoluent séparément. Chacun faisant face à divers problèmes (dont la mort de Lori, la femme de Rick, élément qui va réjouir ceux qui ne la supportaient plus).

Malheureusement, certaines parties sont inutilement surligné, comme la folie du Gouverneur, un personnage dont il ne faut pas longtemps pour deviner qu'il est sérieusement atteint et extrêmement dangereux.

Mais, cette saison 3 à aussi ses bons cotés. Le personnage de Michonne semble avoir été bichonné par les scénaristes et il n'est guère difficile de comprendre pourquoi, tant la jeune femme s'avère immédiatement attachante. 

Et quelle idée géniale d'avoir confié le rôle du Gouverneur à David Morrisey, acteur souvent sous employé, que ce soit au cinéma ou à la télévision, et qui trouve enfin un personnage à sa mesure.

Au final, cette fournée de 16 épisodes s'avère tout de même en demi teinte, le choix de rallonger la saison et une trop longue mise en place amenant à beaucoup de longueurs.

walking dead 4

Le succès étant toujours au rendez vous, l'aventure continue, malgré tout, pour les survivants, qu'on retrouve pour une saison 4.

Plusieurs mois se sont écoulé et le petit groupe s'est agrandit. Chacun tente d'apporter sa contribution dans la prison, et tous commencent à entrevoir la possibilité de retrouver un semblant de vie normale, à commencer par Rick, qui a renoncé à son rôle de chef, laissant à d'autres le soin de prendre des décisions.

Mais, les problèmes ne vont guère tarder à surgir. D'abord, une grippe se répand et s'étant, décimant beaucoup de survivants et les transformant en rodeurs. Une contagion que vont tenter d'enrayer plusieurs survivants, dont Herchell lancé dans une course contre la montre.

Comme si ça ne suffisait pas, plusieurs evenements étranges se produisent dans la prison, deux personnes sont retrouvés le corps calciné et quelqu'un semble nourrir les rôdeurs durant la nuit. 

Pendant que les Rick et les autres tentent de faire face, Le gouverneur se retrouve à survivre seul. En pénétrant dans un immeuble, il fait la connaissance de deux femmes et d’une petite fille.

Il ne lui faut guère de temps pour s’attacher à l’enfant et entamer une histoire d’amour avec la mère de la gamine. Sous un faux nom, Le Gouverneur entame une nouvelle vie et semble bien décidé à changer. Mais, les vieux démons sont tenaces et son désir de se venger de Rick et des autres survivants est finalement le plus fort.

C’est ainsi qu’à moitié de la saison, les choses changent pour l’ensemble des personnages. La prison est prise d’assaut et une véritable guerre éclate, faisant de nombreux morts, y comprit parmi les personnages importants.

Face au chaos, les quelques rescapés prennent la fuite, tous séparés. Chacuns ignorent qui à survécu et se voit contraint de suivre son propre chemin.

Une seconde partie en forme de road movie, confrontant les personnages à des choix parfois difficiles, avant des retrouvailles pleines de promesses pour la suite.

Pour ma part, j’ai tendance à considérer cette saison 4 comme une véritable réussite, bien plus que la précédente. Ici, les auteurs véritablement tenté d’intégrer de la nouveauté. On réalise ainsi qu’il n’est nul besoin d’être mordu pour devenir un rôdeur, la mort, quel que soit la cause, suffit. La saison se compose également de nombreuses images chocs (le berceau remplit de sang, la fillette abattant froidement une jeune femme, la disparition terriblement brutale d’un personnage important…) et moments fort (Rick le visage ensanglanté après un meurtre d’une violence quasi animale). Malgré les saisons qui commencent à s’accumuler, The Walking Dead rèste une excellente série toujours aussi addictive.