3322929

Créé en 2016 par Eric Benzekri et Jean-Baptiste Delafon, la série Baron Noir s’impose au cours de ses 2 premières saisons comme une des meilleures séries françaises actuelle.

Les deux scénaristes, dont l’un a travaillé au coté de Jean Luc Mélenchon, connaissent parfaitement le milieu qu’ils dépeignent dans la série, c’est à dire celui de la politique.

Au casting, on retrouve les comédiens présents depuis le début, c’est à dire Kad Merad, Anna Mouglalis ou Hugo Becker.

Outre le retour de Constance Dollé , Pascal Elbé ou François Morel, la saison 3 fait entrer quelques petits nouveaux dans son casting, notamment Alex Lutz, Rachida Brakni ou encore Fred Saurel.

Le dernier épisode de la saison 2 de Baron Noir donnait clairement à penser que le personnage de Phillippe Rickwaert, après avoir œuvré comme homme de l’ombre, pouvait désormais se rêver en président de la république.

Une direction confirmée par Kad Merad lui-même lors d’une interview au site Allociné : « Je sais que cette saison 3, ça va être un petit peu la renaissance de mon personnage. Mais ça ne va pas être facile. Je vous le dis, car j’ai déjà des indications, il va en chier ».

En effet, dés le premier épisode de la saison 3, les choses s’annoncent compliqués pour Philippe Rickwaert. Contraint de rallier le parti Debout La France tenu par Michel Vidal, l’ancien maire de Dunkerque se présente à un meeting sous les sifflets d’un peuple n’ayant pas oublié que l’homme a fait de la prison.

De son côté, la présidente Amélie Dorendeu surveille ce petit monde alors que la fin de mandat se profile et que le mécontentement du peuple grandit contre elle.

Dans son combat politique, Philippe Rickwaert pourra compter sur Naïma Meziani, une experte en communication aussi dure et intelligente que lui.

Mais, la bataille aura aussi un cout très élevé pour l’ancien maire.

Annoncé comme la dernière saison de cette série unique et passionnante, la saison 3 de Baron Noir clôt en effet le destin de certains personnages, souvent de manière inattendue.

C’est le cas pour Cyril Balsan, l’ancien allié de Philippe Rickwaert, qui, après avoir été au gouvernement sans jamais être parvenu à y imposer ses idées, finit par quitter la politique, lassé des magouilles et autres coup tordus.

Un autre personnage emblématique disparaît également de la série, mais, de manière beaucoup plus tragique, terminant ainsi la série sur une note particulièrement amère.

Cette saison 3 laisse également plus de place à Michel Vidal, un clone de Jean Luc Mélanchon toujours incarné avec une joie non feinte par un François Morel tout simplement génial.

Homme cultivé et vieux roublard de la politique, le patron de Debout La France va accueillir Phillippe Richwaert avec beaucoup de méfiance derrière le grand sourire affiché.

Les deux hommes vont s’affronter verbalement à de nombreuses reprises au cours de plusieurs épisodes, des échanges savoureux ou Phillippe Richwaert trouve enfin un adversaire à sa mesure.

L’ancien maire rencontre également l’amour en la personne de Naïma Meziani, qu’il ira jusqu'à épouser. Une experte en communication qu’il semble connaître depuis longtemps, sans qu’on n’en ait jamais entendu parler.

Il est d’ailleurs dommage que les deux scénaristes n’expliquent pas plus le passé du personnage qui arrive dans la série comme un cheveu sur la soupe.

Il n’empêche que cette femme est capable de se montrer d’une froideur extrême, notamment quand elle voit son futur mari se faire arracher des dents sans anesthésie.

L’autre personnage pas forcement utile est celui incarné par Alex Lutz, qui incarne un jeune étudiant en science politique dont Amélie Dorendeu va tomber amoureuse.

Enfin, il faut signaler les prestations sans faille de Patrick Mille en leader du RN et surtout Fred Saurel, qui incarne un professeur faisant des vidéos anti système sur Internet et va se retrouver à la présidentiel, malgré les manœuvres des uns et des autres.

Au final, cette saison 3 est aussi réussi que les précédentes, une preuve de plus que cette série passionnante est à voir absolument.