0979818

En 1977 apparaît pour la première fois à la télévision la série L'île Fantastique. C’est un succès quasiment immédiat et cela durera pendant sept ans.

Le programme met notamment en scène les comédiens Ricardo Montalbán et Hervé Villechaize. Le premier incarne le maître d’une île paradisiaque et le second son humble serviteur. Tous deux accueillent sur place des personnes souhaitant vivre leurs rêves les plus fous, sans s’imaginer que cela peut tourner au cauchemar.

En 2019, le célèbre producteur Jason Blum annonce la création d’un long métrage pour le cinéma, reprenant le principe de L'île Fantastique, et réalisé par Jeff Wadlow.

Il s’agit de la seconde collaboration entre les deux hommes après le film d’horreur Action Ou Vérité, sortit un an auparavant.

Pour Nightmare Island, le réalisateur retrouve également la comédienne Lucy Hale. Figure également au casting Michael Peña, qui reprend le rôle tenu par Ricardo Montalban dans le programme original, Maggie Q, Michael Rooker, Portia Doubleday, Ryan Hansen et Kim Coates.

L’histoire se déroule donc sur une île paradisiaque ou vit l’étrange et richissime Mr Roarke. Patron d’un immense hôtel, ce dernier accueille des touristes a qui il promets de réaliser tout leurs rêves. C’est ainsi que débarquent Mélanie, Elena, Randall, Bradley et son demi-frère Brax.

Bien évidemment, leurs scepticismes face à la proposition de Mr Roarke est évident. Mais, ils vont rapidement se rendre compte que, sur cette île, les choses ne se déroulent jamais comme on les imagine.

Il faut bien le reconnaître, à première vue, le film ne donnait pas forcement envie. La bande annonce, mais, aussi le nom de Jason Blum accolé au projet, soit deux raisons, pour certain, que Nightmare Island était déjà un gros navet avant même d’avoir vu le résultat final.

Il y aussi ceux, comme moi, qui n’avaient pas franchement envie de se faire avoir une seconde fois par le réalisateur Jeff Wadlow.

J’ai pourtant fini par me laisser convaincre, essentiellement par curiosité et parce qu’il faut parfois laisser une deuxième chance.

Dans les divers avis que j’ai pu lire après la séance, beaucoup ont très mal noté le film en estimant qu’il s’agissait d’un mauvais film d’horreur.

Sauf que Nightmare Island, malgré les apparences, n’appartient pas à cette catégprie.

Le film de Jeff Wadlow n’est pas absolument pas terrifiant et ne cherche d’ailleurs pas spécialement à l’être.

Outre sa violence atténuée (un défaut que le réalisateur promet de corriger pour la future sortie vidéo), le long métrage s’appuie avant tout sur des personnages plus approfondit que la moyenne, ce qui devient de plus en plus rare dans le cinéma actuel.

Qu’il s’agisse des touristes venus sur l'île ou même du maître des lieux, Mr Roark, tous ont des motivations cachées pour agir.

C’est ce qui fait principalement l’intérêt de Nightmare Island, autant que son mélange des genres bien dosé. On passe ainsi du drame au thriller avec un crochet vers le film de guerre.

Tout n’est pas parfait et l’œuvre contient son lot de défauts. Je pense notamment à l’intrigue concernant le premier souhait du personnage incarné par Maggie Q, trop présente et juste là pour amener le spectateur dans une mauvaise direction.

Si Jeff Wadlow exploite correctement son concept et son décor paradisiaque, on peut également lui reprocher de passer trop vite sur certains points du scénario (comme la relation entre les deux frères du groupe).

Niveau casting, la plupart des comédiens s’en sortent bien, même Michael Rooker malgré une prestation relativement courte. Mais, c’est surtout Michael Peña qui impressionne le plus. Le comédien était jusqu’ici habitué à jouer les comiques de services (notamment dans les deux Ant-Man) quant il ne se contentait pas de rôles secondaires pas spécialement mémorables (dans La Mule, entre autres). Le film de Jeff Wadlow permet de montrer qu’il est capable de jouer sur un autre registre, plus sérieux et dramatique avec le même talent.

Au final, si Nightmare Island n’est pas un grand film, il a le mérite de se montrer divertissant. Pour ma part, je suis ressortit de la séance plutôt content.