s592

Le réalisateur John Madden est surtout connu pour avoir tourné le très décrié Shakespeare In Love, bluette insipide qui récoltera pourtant sept oscars à sa sortie en 1999. 

Pourtant, la carrière du metteur en scène ne se limite pas à ce succès. Le bonhomme commence au début des années 80, en participant à des épisodes de séries télévisés.

Il tourne son premier film en 1993, une œuvre baptisé Ethan Frome, jamais sorti chez nous.

Après Shakespeare In Love, le réalisateur persistera encore dans le romantisme de supermarché avec son œuvre suivante, Capitaine Corelli, puis, tentera d’investir un nouveau genre, celui du thriller politique avec L’Affaire Rachel Singer.

En 2012, il revient à la comédie romantique avec The Best Exotic Of Marigold Hotel (traduit chez nous par Indian Palace, allez savoir pourquoi). On y retrouve certains comédiens ayant déjà travaillé avec le réalisateur comme Tom Wilkinson, tandis que plusieurs membres du casting se sont croisés à d’autres occasion, comme Bill Nighy et Penelope Wilton, déjà en couple dans Shaun Of the Dead, ou Maggie Smith et Judi Dench, qui étaient toutes les deux au casting de Chambre Avec Vue de James Ivory.

Dans la distribution d’Indian Palace, on trouve également Dev Patel ou Celia Imrie. L’histoire tourne autour d’un groupe personnes de plus de soixante ans.

Il y a d’abord Evelyn Greensdale, femme effacée qui vient de perdre son mari et doit apprendre désormais à s’assumer seul, Douglas et Jean Ainslie, couple mal assortit qui s’apprête pourtant à fêter leurs 40 années de mariage, Madge Hardclastle, collectionneuse d’homme invétéré, Muriel Donnelly, femme aigri et raciste, Graham Dashwood, tout jeune retraité après des années comme avocat, et Norman Cousins, qui tente de continuer à jouer les séducteurs malgré son âge avancé.

Tous vont profiter d’un séjour offert à moitié prix aux Marigold Hotel, à Jaipur, en Inde. Un endroit racheté par Sonny Kapoor, cadet d’une famille nombreuse ayant surtout à cœur de prouver à sa mère, ses frères, et sa fiancée, sa valeur en tant qu’homme.

Les retraités débarquent ainsi dans un bâtiment en construction, au confort et aux chambres rudimentaires. Pourtant, ces vacances vont les transformer à jamais et leur faire voir la vie autrement.

Difficile d’affirmer qu’Indian Palace fasse partie des grandes comédies marquantes de ces dernières années, tant le film pâtit d’une somme de défauts assez conséquentes.

En premier lieu, le rythme. Dés le départ, John Madden peine à maintenir l’intérêt du spectateur pour des personnages qui n’ont rien d’inédits. (Le dragueur, la vamp, le couple mal assortit, etc…) et qui manque singulièrement d’épaisseur.

La seule chose qui sauve finalement le film de John Madden, c’est son casting. De Bill Nighy en mari soumis à Judi Dench, la plupart sont formidables. Le spectateur non réfractaire aux gesticulations du personnage incarné par Dev Patel ne s’ennuiera pas. Pour ma part, j’ai vraiment adoré la prestation de Maggie Smith.

En résumé, hormis son casting, et, malgré quelques rares bons moments, Indian Palace reste une comédie assez décevante dans l’ensemble.

026459

Il faut croire que, malgré ses énormes défauts, le public s’est pris de passion pour le film de John Madden, puisque son succès demeure suffisant pour justifier une suite.

Trois ans après le long métrage initial nous arrive donc Indian Palace – Suite Royale, second épisode tourné avec la même équipe.

Judi Dench, Dev Patel, Celia Imrie, Maggie Smith, Bill Nighy ou encore Penelope Wilton (dont le personnage fait ici une simple apparition de quelques scènes) reprennent leurs rôles.

Parmi les petits nouveaux, Richard Gere et David Strathairn rejoignent le casting originel.

L’histoire démarre quelques années après les évènements du premier film. Evelyn Greenslade, Douglas Ainslie (qui a finalement quitté sa femme), Norman Cousins et les autres vivent désormais à plein temps à Jaipur.  

Quant à Sonny Kapoor, il gère son hôtel avec succès en compagnie de Muriel Donnelly. Mais, le jeune homme veut aller plus loin en rachetant un second bâtiment pour en faire un endroit encore plus luxueux et accueillant.

Emballé par son projet, un investisseur américain promet de lui accorder les fonds nécessaires, après le passage d’un inspecteur anonyme jugeant sur pièces de la rentabilité du Marigold Hotel.

Rentré en Inde, le jeune homme commence à paniquer, entre cette nouvelle qui le déstabilise et son mariage qui approche.

Comme si ça ne suffisait pas, voilà que débarque à l’hôtel un étrange personnage qui va ouvertement tenter de séduire la mère de Sonny, ce que le jeune homme ne va pas franchement apprécier.  

De l’aveu même de Richard Gere, c’est le scénario d’Indian Palace – Suite Royal qui l’a convaincu de participer à cette seconde aventure.

Il est clairement permis de se demander l’intérêt qu’il a pu y trouver, tant cette suite, qui ne s’imposait pas, se révèle encore plus mal écrite que le premier épisode.

Le personnage qu’incarne le comédien n’a aucune consistance et ne semble d’ailleurs guère intéresser le réalisateur qui peine à l’intégrer dans son histoire.

Richard Gere en est réduit à faire de la figuration. Autant dire qu’il ne vaut pas voir le film uniquement pour lui, sous peine d’être déçu.

Malheureusement, il en va de même pour le rèste du casting qui ne parvient même plus à masquer le vide des situations, voir du projet tout entier. Quant à Del Patel, si ces mimiques vous ont agacé dans le premier opus, je ne peux vous conseiller qu’une chose : Fuyez cette suite

Au final, Indian Palace – Suite Royale est un film qui n’a rien à raconter, une suite sans intérêt qui ne justifie à aucun moment son existence.