4933f0b03ff7a

Les années 80 et 90 correspondent à ce que l’on appelé par la suite « le règne des gros bras ». Qu’ils se nomment Arnold Schwarzenegger, Sylvester Stallone ou Jean Claude Van Damme, ces rois de l’action cartonnent au box-office à presque tous les coups.

Dans cette liste, on peut également rajouter le nom de Wesley Snipes. Après avoir incarné des seconds rôles dans plusieurs long métrages, il accède à la célébrité en 1991 avec deux films, Jungle Fever de Spike Lee et surtout New Jack City de Mario Van Peebles, ou son interprétation de chef d’un gang de dealer de Harlem le fait immédiatement remarquer.

Par la suite, il enchainera les longs métrages, comme Passager 57, en 1992, Démolition Man, un an plus tard, ou la trilogie Blade, en 1998.

En 1994, il tourne Drop Zone, sous la direction de John Badham. L’homme est un vieux routard du cinéma. On lui doit notamment La Fièvre Du Samedi Soir, Tonnerre De Feu, Wargames ou encore La Manière Forte, une comédie d ‘action avec Michael J. Fox et James Woods.

Drop Zone fera partie de ces derniers longs métrages. Au début des années 2000, l’homme quittera le milieu du cinéma pour devenir professeur d’université dans le comté d’Orange, en Californie.

Il ne reviendra derrière la caméra qu’occasionnellement, pour signer des épisodes de séries télé.

Outre Wesley Snipes, on trouve également dans Drop Zone des comédiens comme Gary Busey, Corin Nemec, ou encore Yancy Burler et Kyle Secor.

L’histoire commence lorsque Pete Nessip, un officier de police, accompagné de son frère, se rend dans une prison pour chercher un informaticien véreux, et effectuer son transfert vers un autre établissement

Mais, l’avion qui transporte les trois hommes est attaqué en plein vol par un commando pirate. L’informaticien disparaît et le frère de Pete est tué. Quant aux terroristes, ils disparaissent sans laisser de trace.

Désigné comme responsable par sa hiérarchie, l’officier de police se voit contraint de prendre des vacances forcées. Mais, il compte bien en profiter pour stopper les membres du commando. Pour cela, il va devoir infiltrer le milieu de parachutistes sportifs.

A sa sortie en février 1995, le film ne connaitra pas un énorme succès, ce qui peut aisément se comprendre en voyant la chose.

Ecrit par Peter Barsocchini, a qui l’on doit surtout les scénarios de la trilogie High School Musical, l’histoire tente de reprendre des éléments de Point Break de Kathryn Bigelow.

D’ailleurs, impossible de ne pas penser à ce dernier en voyant apparaître la tronche de Gary Busey, joue ici le méchant en titre et incarnait le partenaire de Keanu Reeves dans le long métrage de 1991.

C’est simple, remplacer les surfeurs par des adeptes de la chute libre et vous obtenez Drop Zone.

Le film de John Badham aurait tout de même pu être une copie sympathique et un divertissement acceptable, si le réalisateur avait été un minimum impliqué.

Malheureusement, le cinéaste semble se contrefoutre totalement de son histoire et de ses comédiens.

La réalisation est extrêmement plate et les comédiens sont relativement mauvais, notamment Wesley Snipes complètement en roue libre.

Au final, Drop Zone est un gros navet mal joué, filmé comme un téléfilm et munis d’incrustations pourris pour les scènes de chute libre. Bref, à éviter.