cesar-et-rosalie

Réalisé au début des années 70, César Et Rosalie fait partie des oeuvres de la période faste de Claude Sautet, au même titre que Max Et Les Ferrailleurs ou Les Choses De la Vie.

Cela fait alors huit ans que le metteur en scène tente de monter le projet, mais, à l'époque, aucun producteur n'est prêt à tenter l'aventure.

Claude Sautet passera par une période de doute et songera même à réécrire le scénario, avant que son co-scénariste ne l'en dissuade.

Au niveau du casting, c'est d'abord Catherine Deneuve qui est envisagée pour interpréter le rôle de Rosalie et Vittorio Gasman dans la peau de César.

Mais, la première tarde à s'engager tandis que que le second ne convient pas au personnage, pas plus que Gerard Depardieu, envisagé pour jouer David.

Un jour, Claude Sautet croise Yves Montand et découvre la fantaisie de l'acteur. Il décide alors de l'engager pour incarner César, tandis que sa partenaire féminine sera finalement Romy Schneider, alors égérie du réalisateur avec qui elle avait déja tourné Les Choses De la Vie ainsi que Max Et les Ferrailleurs et qu'elle retrouvera par la suite à deux reprises, sur Mado, puis, Une Histoire Simple. 

Quant au personnage de David, il est finalement incarné par Sami Frey, mais Claude Sautet promettra un rôle à Gerard Depardieu dans son projet suivant, promesse qu'il honorera deux ans plus tard, lorsqu'il tournera Vincent, François, Paul et les Autres.  

Enfin, Michel Piccoli effectue une courte participation puisque c'est lui qui assure la voix off dans la scène finale. On remarque également la participation dans des seconds rôles de deux jeunes débutants.

D'abord, Bernard Le Coq, revu depuis dans quelques films comme Joyeux Noel ou La Fleur Du Mal de Claude Chabrol, mais, plus généralement à le télévision, notamment dans la série Une Famille Formidable, et Isabelle Huppert, qui tourne là son second long métrage.

Pour l'anecdote, le tournage de César Et Rosalie ne se déroulera pas franchement dans une ambiance sereine, puisque, dés le premier jour, une engueulade éclatera entre Claude Sautet et Yves Montand rendant par la suite le climat glaciale.

Fidèle à son habitude, le réalisateur signe une oeuvre avant tout porté par des personnages fort, pris au piège d'un triangle amoureux. Il y a César, riche industriel sur de lui et de son bonheur, un homme narcissique qui cache son manque de confiance derrière son attitude extravagante. Vient ensuite sa compagne, Rosalie, femme dont la beauté est synonyme de liberté et qui n'a jamais pu vivre sans être avec un homme, dont elle a changé plusieurs fois. Enfin, il y a David, jeune peintre un peu aventurier, un caractère libre tout comme Rosalie, dont il a été le premier amour et qui l'aime toujours.

Tout commence à l'occasion d'un mariage, celui de la mère de Rosalie ou David se trouve invité par cette dernière. Cela fait des années que les deux anciens amants ne se sont pas vues, mais, dés le premier regard, David comprend que ses sentiments d'autrefois sont toujours la, ce qu'il confie en tout innocence à César, complètement déstabilisé par cette aveu. Le rival est bien revenu pour Rosalie, qu'il compte bien récupérer.

Dés lors, l'existence tranquille de l'industriel bascule. Il devient jaloux et possessif et se persuade que sa compagne est repartie avec son amour d'autrefois. De son coté, Rosalie est toujours amoureuse de David et ne lui résiste pas longtemps.

Fou de douleur et totalement impuissant devant cette situation, César ira jusqu'a commettre des actes stupides, qui ne feront que pousser un peu plus la jeune femme dans les bras de son ancien amour, comme quand il tente de faire croire à David que Rosalie est enceinte pour qu'il renonce à elle. 

Le soir même, apprenant toute l'histoire, la jeune femme quittera César qui, par vengeance, détruira l'atelier de travail de David.

Mais, l'imbroglio amoureux est loin de s'arreter la, car, César n'est pas pret à renoncer à Rosalie, tout comme David, et la jeune femme est incapable de faire un choix entre les deux hommes.

Dés les premières minutes du long métrage, une évidence s'impose, Claude Sautet à visé juste avec son casting. Yves Montand est tout simplement parfait et son jeu outrancier colle parfaitement au personnage, tout comme Sami Frey, dont le calme cache une grande détermination. Quand à Romy Schneider, elle est formidable dans la peau de cette mère de famille, désirée et déchirée entre deux hommes.

Considéré à juste titre comme un classique du cinéma, César Et Rosalie est également un très grand cru de Claude Sautet, une histoire d'amour magnifiquement traité et un beau portrait de femme, le tout dans une histoire aux personnages auxquels on s'identifie facilement. Bref, un très grand long métrage, essentiel à connaître pour tout cinéphile qui se respecte.