the-affaire-saison-2-affiche

Avant de s’attarder sur la saison 2 de The Affair, faisons d’abord un petit rappel des fait. La première saison de la série apparaît pour la première fois sur la chaîne Américaine Showtime en octobre 2014.

Il ne faut pas longtemps pour que cette première salve de dix épisodes récolte des critiques élogieuses, ainsi qu’un Golden Globe de la meilleur série au Festival Série Mania de Lille.

The Affair est surtout le travail commun de Sarah Treem & Hagai Levi. Le duo se rencontre à la fin des années 2000, lorsque les responsables de la chaîne HBO décident d’adapter, pour le public Américain, la série Israélienne Betipul, créé par Hagai Levi.

Un show relatant les séances quotidiennes d’un psychologues dans son cabinet, dont le remake Yankee sera baptisé In Treatment  (ou En Analyse chez nous).

Après trois saisons, l’aventure s’arrête et le duo décide de plancher sur un nouveau projet, qui deviendra donc The Affair.

La série réunit, dans les rôles principaux, Dominic West, Maura Tierney, Joshua Jackson et Ruth Wilson.

La saison 1 se distingue, non pas par son point de départ voyant un homme marié tomber amoureux d’une femme, elle aussi en couple, mais, par son traitement « A la Rashomon », pour reprendre l’expression d’ Hagai Levi.

Concrètement, l’action est relaté uniquement selon les témoignages des deux principaux protagonistes, tout deux convoqués devant un policier suite à une affaire de meurtre.

Vu le succès grandissant, et entièrement mérité, de la série, il était inévitable qu’il n’y ait pas une saison 2, dont je vais vous parler maintenant. On y retrouve l’ensemble du casting de la première saison, mais, c’est sur la forme que les choses changent. Cette fois, en plus des deux protagonistes, on suit l’histoire raconté selon les deux conjoints trompés.

La plupart des épisodes alternent ainsi entre Noah Solloway/Alison Lockart (le couple adultère) et Helen Solloway/Cole Lockart (les compagnons cocufiés).

Le scénario reprend quelques temps après la fin de la saison 1. Noah Solloway a été arrété pour le meurtre de Scotty Lockart et attend son procès. Mais, son avocat et certains de ses proches s’interrogent : Est-il vraiment coupable ? Et si il ne l’est pas, alors, qui a commis ce crime ?

En parallèles, on découvre ce qui s’est passé les jours précédents l’arrestation et le procès, avec, notamment, la fameuse explication sur le drame qui a coûté la vie au jeune homme (qui n’arrivera que dans le dernier épisode, histoire de maintenir le suspense). Au menu également : Alison qui se retrouve enceinte (mais, de qui ?) et réalise que son histoire avec Noah n’est peut être pas ce qu’elle croyait, ou Cole qui, après une période de doute, retrouve l’amour.

Je ne vais pas faire durer le suspense : Non, pour moi, cette saison 2 n’est pas à la hauteur de la première. J’aurais même tendance à dire que, sans la fin ouverte qui clôturait l’ultime épisode de la saison 1, cette nouvelle fournée n’aurait strictement aucune raison d’exister. Tout tourne autour du fait de connaître la réelle identité de l’assassin, et, en dehors de la revelation finale, il n’y rien qui justifie cette saison 2.

Les personnages principaux (donc, Noah Solloway et Alison Lockhart) n’ont quasiment aucune évolution par rapport à la saison précédente.

Par contre, on apprends à mieux connaître Helen Solloway et Cole Lockart, qui ne faisait que traverser l’histoire jusqu’ici.

Clairement, le second est de loin mon personnage préféré, et Joshua Jackson se montre formidable dans la peau de cette homme torturé, parfois violent, sombre, mais, aussi, capable d’aimer.

Il faut dire aussi que la série à subit un coup assez dur puisque Sarah Treem s’est retrouvé subitement seule à l’écriture, Hagai Levi ayant décidé de quitter subitement son poste pour d’obscurs raisons.

Un départ qui se ressent, notamment lorsqu’au milieu de la saison, le concept sur lequel repose The Affair (à savoir la multiplication des points de vue, je le rappelles) est abandonné totalement le temps d’un épisode, avant de revenir de manière aléatoire.

Cette saison 2 à beau se montrer plus trash que la première (je pense à la séquence dans la boite de nuit ou Noah Solloway, complètement défoncé, croit apercevoir sa fille adolescente embrasser une autre fille), ça n’en fait pas une réussite pour autant.

Si Sarah Treem à l’air particulièrement contente de son travail sur The Affair (une saison 3 existe déjà et bientôt, une saison 4), mon impression de gâchis demeure. Reste que, au vue la révélation finale, je suis curieux de savoir comment l’histoire va continuer. Et, comptez sur moi pour en reparler.