walking dead 5Déjà 5 saisons que Rick Grimes lutte dans un monde apocalyptique ou les zombies pullulent. D’autres l’accompagnent et tentent également de survivre. Certains, comme Daryl, sont la depuis le début, mais, plusieurs, notamment Michonne,  sont arrivée en cours de route.

Comme l’avait déjà un peu montré les saisons précédentes, le plus grand danger vient surtout des vivants, dont certains peuvent se montrer plus impitoyables et cruels que n’importe quel mort vivant affamé.

Avec ces nouveaux épisodes, les responsables enfoncent le clou tout en livrant une saison beaucoup plus axée sur la psychologie des membres du groupe, et notamment le chef et ancien policier, Rick.

C’est un fait, les épreuves l’ont transformé et endurcit comme le démontrait le dernier épisode de la saison 4 ou il commettait un meurtre de manière particulièrement sauvage et abominable, dans le seul but de protéger son fils et sa fille.

Après avoir traversé des routes infestés de zombies, le petit groupe se retrouve enfin dans une communauté baptisé « Le Terminus ».

Mais, ce qui devait être le paradis est en réalité un piège ou les membres de cette confrérie piègent les survivants pour les dévorer.

Rick et les autres parviendront à leurs échapper en détruisant l’endroit, mais, par pour longtemps.

Même une église, ou ne subsiste qu’un curé rongé par le remord d’avoir laissé mourir ses fidèles en ne leur ouvrant pas sa porte, ne parviendra pas à protéger le groupe.

L’endroit deviendra le théâtre d’un véritable massacre orchestré par Rick et son équipe, poussé à bout suite à la mort d’un des leurs.

Les premiers épisodes de la saison 5 nous éclairent également sur ce qu’est devenue Beth, la jeune fille adolescente, amatrice de chant, mystérieusement kidnappée sous les yeux d’un Daryl impuissant dans la saison précédente.

L’adolescente se reveille dans un curieux hôpital aux règles pour le moins singulières. Elle y rencontrera Noah, un autre patient des lieux qui finira, avec l’aide de Beth, par s’enfuir et rejoindre Rick et les autres.

Les derniers épisodes seront axés sur Alexandria, une nouvelle colonie ou les survivants (enfin, ceux qui restent, plusieurs disparaissant dans la saison) se réfugient.

Un endroit idyllique dirigé par Diana, femme de caractère et ancien membre du gouvernement. Si chacun des survivants tentent de s’acclimater à l’endroit (ils bénéficient de logements avec tout le confort et gagnent même un travail), Rick et les autres ont trop de passif et de rage en eux pour pouvoir s’adapter.

L’ancien policier se rend surtout compte que beaucoup de ceux vivant dans cette colonie n’ont pas conscience de ce qui se passe véritablement à l’extérieur ou ils seraient, d’ailleurs, incapable de survivre.

Rick finira par péter un plomb en menaçant les habitants d’Alexandria, une arme à la main.

La saison 5 de The Walking Dead est, à ma connaissance, la plus sombre, que ce soit en terme graphique ou psychologique, depuis les débuts de la série.

Jamais les différents responsables n’avaient osé aller aussi loin. C’est bien simple, aucun personnage, parmi les survivants, n’est épargné et surtout pas Rick Grimes.

walking dead 6

Désormais, un nouveau monde, plus dure et plus violent, vient d’apparaître. Les plus fort survivent (en tuant) et les plus faibles (ou ceux incapables de s’adapter) crèvent. Voilà la doctrine de cette saison 5 qui demeure, à mon sens, une des meilleurs de la série.

Autant prévenir, je ne serais pas aussi élogieux avec la saison 6, même si elle possède ses qualités. Le premier épisode nous plonge quelques semaines après que Rick soit finalement devenus le nouveau chef d'Alexandria.

L'histoire nous est raconté de manière non linéaire, à coup d'aller retour entre passé et présent. Pendant que Rick et son équipe se chargent d'éloigner les rôdeurs de la communauté, une attaque violente et meurtrière se produit, laissant de nombreux mort. Des individus portant une lettre sur le front (entraperçus dans la saison 5) massacrent à tout va.

Les habitants étant resté à Alexandria devront se résoudre à se battre, notamment Carol et Morgan. Un personnage qui fait, d'ailleurs, son grand retour dans la série.

Présent dans les premiers épisodes de la saison 1 ou il s'occupait de Rick alors que ce dernier découvrait, au sortir du coma, le monde de cauchemar qui l'entourait, Morgan disparaissait pour finalement revenir le temps d'un épisode de la saison 3 ou on découvrait un homme devenus fou.

Après quelques apparitions furtives dans la saison 5, le revoici, donc, devenus un adepte du bâton et essayant de garder un contrôle total sur ses émotions, ce qui, vous l'imaginez, ne sera pas facile pour lui.

Plusieurs personnages disparaîtront à nouveau au cours des 13 épisodes, souvent de manière brutale, comme Nicholas. Mais, les auteurs tentent également d'injecter un coté sentimentale. On aura ainsi quelques rapprochements, notamment Rick et Michonne qui, après avoir finalement cédé à l'amour lors d'une soirée, resteront ensembles.

Mais, ce qui frappe le plus au final dans cette saison 6, c'est qu'elle fait souvent office de transition pour la suivante. Tout est finalement fait pour préparer l'arrivée de Négan, le nouveau méchant de la série. Inspiré par l’acteur Henry Rollins dans le comics d’origine, il est finalement incarné par Jeffrey Dean Morgan, qu’on a, notamment, pu voir dans le film Watchmen.

Si le nom du personnage est très souvent mentionné au cours de la saison 6, il faudra attendre l’ultime épisode pour qu’il fasse sa première apparition.

Dans l’ensemble, la saison n’est pas forcément ennuyeuse, mais,  il faut bien reconnaître que les responsables ne cherchent pas vraiment à faire avancer l'histoire. Par exemple, il faudra attendre quasiment la moitié de la saison pour voir Daryl descendre enfin de sa moto et commencer à vivre des aventures.

Ces treize épisodes sont beaucoup moins palpitants que ceux de la saison 5, même si on a, tout de même, quelques péripéties.  Ce qui n’empêche pas la série The Walking Dead de figurer parmi les meilleurs programmes du moment.