Afficher l'image d'origine

A la fin des années 90, sort sur les écrans Sixième Sens de M Night Shyamalan. Une œuvre littéralement acclamé par la critique et par une bonne partie du public. Un film mettant en lumière un réalisateur qui, malheureusement, depuis, n’a, depuis, cessé de décevoir.

Après le véritable échec que subit After Earth quelques années plus tard , beaucoup sont désormais prêt à enterrer définitivement M. Night Shyamalan.

Avant d’être repêché par le producteur Jason Blum et d’aller réaliser The Visit, le metteur en scène participe à l’aventure Wayward Pines.

Basé sur une trilogie littéraire écrite par le romancier américain Blake Crouch, l’adaptation, produite par la chaîne Fox en association avec le Canada,  est d’abord envisagé comme une mini série avant de devenir finalement une série de dix épisodes.

Producteur et scénariste du programme, Chad Hodge ne doit officier que sur une seule saison, mais, devant le succès de Wayward Pines, la Fox commandera une seconde salve d’épisodes.

Ayant fait le tour des romans, le scénariste fera l’erreur de continuer l’histoire avec une nouvelle distribution, mais, surtout, sans la source d’origine, ce qui aboutira à un échec cuisant et à la mort de la série.

Intéressons nous donc uniquement à la première saison de Wayward Pines, la seule qui sera abordé sur ce blog.

Le moins que l'on puisse dire, c'est qu'elle rassemble un beau casting : Matt Dillon, Juliette Lewis, Carla Gugino, Terrence Howard, Mélissa Léo, mais aussi Shannyn Sossamon et Toby Jones.

Afficher l'image d'origine

L’histoire tourne autour d'Ethan Burke, un agent des services secrets en mission pour retrouver une de ses collègues qui a mysterieusement disparue. Victime d'un accident, Ethan se reveille dans un étrange hopital, confié aux mains d’une infirmière au comportement pour le moins singulier.

Malgré son insistance, impossible pour lui d’obtenir la moindre réponse sur l’endroit ou il se trouve. Il découvre porgressivement qu’il est désormais coincé dans une ville aux règles stricts, ou toute trahison est passible d'une éxécution sauvage en place publique. Un endroit calme en apparence, mais terrifiant pour quiconque ose se montrer trop curieux, et ou il est surtout impossible de s’échapper, et dont certains éléments ne sont pas sans évoquer certaines pratiques de sectes. 

Pendant ce temps, la femme d'Ethan, Theresa, commence à s'inquiéter serieusement. Malgré les demandes du meilleur ami de ce dernier, qui lui ordonne de ne pas s'en meler, l'épouse décide finalement de partir avec son fils, Ben, à la recherche d'Ethan Burke. 

Afficher l'image d'origine

Consciente ou non de la part des responsables, la principal référence qui vient à l’esprit en commencent la série Wayward Pines, c’est Le Prisonnier. On y retrouve notamment un personnage masculin coincé dans une ville étrange dont il ne peut s’échapper.

Pourtant, contrairement à la série avec Patrick Mc Gowan, le mystère concernant cette endroit étrange est expliqué au bout de quelques épisodes, laissant alors la place à un renversement de la situation, et au changements de comportements de certains personnages qui peut déstabiliser.

Un des exemples étant cette infirmière présenté dans les premier épisode comme manipulatrice, sadique et dangereuse, et qui, une fois le secret concernant Wayward Pines connu, commence à prendre conscience des évènements et du l'avenir qui se joue pour les habitants de la ville prison. Mais, la série a surtout le mérite d'ètre bien écrite, déployant bons nombres d'idées particulièrement interessante, ainsi que des personnages souvent attachants. 

Dans le rôle d’Ethan Burke, agent au comportement rebelle et au langage franc du collier, Matt Dillon est parfait et prouve qu’il est toujours un bon comédien, même si on le voit peu  désormais.

A ses cotés, Carla Gugino est également très juste dans la peau d’un personnage parfois trouble. Enfin, saluons également la participation de Terrence Howard, qu’on a notamment vu dans le premier Iron Man de Jon Favreau, et qui incarne un savoureux et redoutable rôle de méchant. Dommage qu’il disparaisse aussi vite de l’intrigue, tout comme Juliette Lewis, mème si son personnage est moins marquant. 

Cette première saison de Wayward Pines, plutot bien écrites et exploitant certaines idées interressantes, se suit avec grand intérêt, grâce à des acteurs et une intrigue rondement mené.