2106405327_small_1

Sortie chez nous sous le titre Jeu D'Enfant, le film est interpreté notamment par Catherine Hicks, plus connu (ou pas) pour avoir incarné la mère de famille dans la série bondieusarde 7 A La Maison.

Le film raconte l'histoire d'un tueur baptisé Charles Lee Ray (nom tiré de trois personnages de tueurs célèbres, Charles Manson, Lee Harvey Oswald, et James Earl Ray) , au moment ou celui ci s'apprette à être arrêté par la police. Plutôt que de se rendre, le psychopathe, blessé, décide d'utiliser des préceptes vaudou apprit dans la passé. Il transfère son âme dans le corps d'une inoffensive poupée avant que le magasin de jouet ou il se trouve n'explose.

Peu après, le jeune Andy Barclay reçoit des mains de sa mère son cadeau d'anniversaire, à savoir une poupée Brave Gars, un jouet très à la mode chez les enfants. Il ne faudra pas longtemps pour que le pantin baptisé Chucky s'anime et commence à massacrer l'entourage d'Andy et sa mère. Ces derniers, assisté d'un flic, devront s'armer de courage pour le stopper.

Tom Holland tire son scénario d'oeuvre déjà existante, puisqu'il s'inspire à la fois d'Au Coeur De La Nuit, film à sketchs datant de 1945 et dont l'un des segments mettait en scène un ventriloque et une poupée vivante, mais, également de Devil Doll, une production de 1964 resté inédite chez nous.

Le réalisateur ne se cantonne pas à l'hommage servile, puisque Jeu D'enfant est également une satire du monde du jouet, mais, également de la société de consommation en général. 

Contrairement à ce qu'on pourrait penser, Jeu D'enfant n'a guère perdu de sa force aujourd'hui, je pense notamment à une scène comme celle des piles qui fait toujours son petit effets. Mais, ce qui fait également la force du film, et par extension du personnage de Chucky, c'est que, contrairement à ses homologues du passé (car, Jeu D'enfant n'est pas le premier film de jouet meurtrier), le personnage ne fait guère dans la suggestion, y comprit au nouveau du langage (le "J'T'Emmerde" balancé dans l'assenceur à une femme qui se plaint de la laideur de cette poupée). Un style assez caractéristique d'une époque ou, même si le résultat final n'était pas toujours à la hauteur, les réalisateurs (comme Carpenter, Craven ou mème Tom Holland) avait à coeur d'offrir le minimum au public, ce qui fait cruellement défaut aujourd'hui ou beaucoup de films d'horreur relèvent plus du foutage de gueule.

Pour en revenir à Jeu D'enfant, ça reste un très bon film d'horreur. Inévitablement, son succès engendrera une longue saga, à commencer par une suite, baptisé Chucky, la Poupée De Sang, et signé John Lafia, l'un des scénariste du premier opus.

Afficher l'image d'origine

Contrairement au long métrage de Tom Holland ou l'économie de moyen primait, place ici à plus de violence plus sanglante avec un épisode qui se rapproche beaucoup d'un slasher.

Dés la scène d'ouverture, Chucky est remis à neuf dans l'usine qui l'a vu naitre. Le but pour ses concepteur étant de remettre sur le marché les jouets "Brave Gars". Bien avant qu'elle s'anime, la poupée à déjà fait deux victimes, en l'occurence deux employés qui bossait sur le projet.

Pendant ce temps, Andy Barclay tente d'oublier son cauchemar dans l'ophelinat ou il été placé tandis que sa mère croupit dans un hôpital psychiatrique. Il est confié à une sympathique famille et tout irait pour le mieux si Chucky ne s'était pas mit en tète de retrouver le gosse et d'achever ce qu'il avait commencé dans le premier épisode.

John Lafia n'a pas le talent de son prédécesseur, c'est une évidence à la vision du film. Sa réalisation est ainsi plus proche de celle d'un téléfilm avec ses cadrages de travioles et ses gros plans, la ou Tom Holland avait su soigner sa mise en scène.

Pourtant, j'avoue trouver un certain charme à cette suite, notamment à travers certaines scènes particulièrement jouissives, comme celle de la prof battue à mort par Chucky.

Comme je l'ai dit plus haut, ce second épisode de la franchise démontre déjà un certain essoufflement de la saga, même si on est pas encore au niveau du troisième épisode qui reste sans doute le pire de la saga, à mon sens.

Chucky, La Poupée De Sang reste une série B assez moyenne, loin du film original, mais, appréciable à condition de ne pas être trop exigeant, comme moi en somme.