regarde_les_hommes_tomber

A la fin des années 70, Jacques Audiard, fils du dialoguiste et scénariste Michel Audiard, se lance dans le cinéma. Il travaille au coté de son père, sur le scénario de Bons Baisers...A Lundi, que signe ce dernier, puis, comme monteur, notamment sur Le Locataire de Roman Polanski, et revient au coté de son géniteur pour les scripts des long métrages Le Professionnel, avec Jean Paul Belmondo, et Mortelle Randonnée, le film de Claude Miller avec Michel Serrault.

Dans le milieu des années 80, il persévère en solo avec, notamment, le film Baxter. Jacques Audiard varie les expériences et s'improvise acteur pour une petite apparition dans le Baby Blood d'Alain Robak, et signe quelques clips.

Mais, tout comme son père, le virus de la mise en scène le démange et il finit par passer à l'acte, en 1994, avec Regarde Les Hommes Tomber.

Sauf que, contrairement à ce dernier, il ne s'agit pas d'oeuvrer dans la comédie à base de répliques cultes. Ce qui intéresse Jacques Audiard, c'est le polar sombre matiné de suspense.

Pour ce premier essais, il adapte un roman policier de Teri White, baptisé Triangle, et qui ressortira d'ailleurs en même temps que le film avec, cette fois, le même titre que la version cinéma.

Pour cette adaptation, le réalisateur réunit notamment Jean Yanne, Jean Louis Trintignant, Mathieu Kassovitz, Bulle Ogier, Yvon Back, Christine Pascale et Marc Citti.

L'histoire se déroule en deux temps. Tout commence avec Simon Hirsh, un représentant de commerce en pleine dépression. L'homme est fatigué de son existence et n'arrive plus à trouver le bonheur. On peut même dire qu'il s'ennuie profondément. Sa rencontre avec Mickey, un jeune inspecteur de police, va changer sa vie. Les deux hommes deviennent amis et passe le plus clair de leur temps ensemble.

Le jour ou Mickey est abattu lors d'une opération d'inflitration, le monde de Simon s'écroule. Pendant que son ami végète dans le coma, entre les murs gris d'une chambre d'hopital, le représentant rencontre un commissaire de police qui lui assure tout faire pour avancer dans l'enquète.

Mais, il s'avère rapidement que les flics ont d'autres affaires sur le feu. A bout de patience, Simon décide de rechercher lui même le responsable de ce crime et de l'abattre.

Dans un second temps, on découvre deux autres personnages, dont l'histoire se déroule quelques temps avant la mort de Mickey. D'un coté, Marx, un truand solitaire, caractériel, avec une jambe en mauvaise état, et un jeune homme simple d'esprit qui dit s'appeler Johnny.

C'est par hasard que les deux hommes se rencontrent, mais, à partir de ce moment, le simplet ne lache plus le truand d'une semelle et, lorsque ce dernier tente de se débarrasser du gêneur, Johnny fait une tentative de suicide finalement raté, grace à Marx.

Au contact du bandit, le jeune homme apprend donc les rudiments du métier et devient mème un tueur redoutable, jusqua ce que le duo finisse par croiser la route de Simon.

Avec son premier long métrage, Jacques Audiard aborde de nombreux thèmes, que ce soit la dépression, mais, aussi, la relation père/fils ou maître/élèves, et enfin l'homosexualité, le tout au sein d'un long métrage assez singulier et très sombre.

Regarde Les Hommes Tomber est également un film de personnages, en l'occurence le trio Simon/Marx/Johnny duquel le film ne dévie jamais.

A travers son parcours vengeur, le premier se cherche également un exutoire à sa solitude, et comment retrouver le bonheur. Ce qui passe notamment par une scène ou il invite un gigolo homosexuel dans sa chambre d'hotel pour l'interroger sur le fonctionnement de sa vie de couple.

Car, la relation Marx/Johnny va beaucoup plus loin qu'une simple amitié, les deux hommes finissant par s'attacher l'un a l'autre au point d'en devenir possessif, et de fonctionner comme un couple, témoin ce passage ou, telle une épouse, Johnny s'inquiète de voir sortir Marx le soir, ou encore cette scène ou ce dernier voit son camarade (compagnon ?) dîner innocemment avec Simon.

Le retour de Johnny à l'appartement s'accompagnera d'une véritable scène de ménage, à base de jalousie et de violence, des sentiments bien loin de la simple amitié.

Au vue de la scène finale, on peut aisément supposer que Simon retrouve la vie à travers une relation homosexuelle.

Mais, Regarde Les Hommes Tomber peut également s'appuyer sur des acteurs totalement investit. Jean Yanne est parfait en homme triste et ivre de colère, Jean Louis Trintignant est formidable en truand râleur, et enfin, Mathieu Kassovitz est touchant en candide, suivant Marx absolument partout (même quand ce dernier tente de s'envoyer en l'air) et qui évoluera au cours du film, mais, toujours en gardant une certaine naïveté.

Oeuvre complexe, torturé et parfois violente, Regarde Les Hommes Tomber s'avère ètre une oeuvre prenante et réussi. Un premier long métrage qui sera le point de départ d'une carrière prometteuse, et ou le réalisateur témoigne deja d'un attrait pour les personnages de marginaux.

C'est encore le cas avec Sur Mes Lèvres, qu'il réalise en 2001 et pour lequel il collabore, au niveau du script, avec le scénariste et réalisateur Tonino Benacquista, qu'il retrouvera d'ailleurs quelques années plus tard pour un autre film, De Battre Mon Coeur S'est Arrêté.

Mettant notamment en scène Vincent Cassel, Emmanuelle Devos, Olivia Bonamy, Bernard Allane, Olivier Gourmet et Olivier Perrier, Sur Mes Lèvres raconte l'histoire de deux êtres un peu paumé : Carla Behm, secrétaire d'une entreprise du bâtiment qui devient progressivement sourde et femme timide au physique pas forcement avantageux qui demeure la risée de ses collègues masculin, et Paul Angeli, jeune paumé de 25 ans tout juste sortit de prison.

Deux êtres à priori très différents, mais, qui se rencontrent par hasard le jour ou le second se présente pour un poste d'assistant à la boite ou travaille Carla. C'est d'ailleurs sur les directives de son patron que cette dernière à fait mettre une annonce.

La jeune femme a une idée assez précise de la personne qu'elle souhaite pour la seconder dans son travail et Paul ne correspond pas franchement à cette description. Malgré tout, le courant passe rapidement entre eux au point que la jeune secrétaire lui fournit de l'argent et un appartement provisoire.

Mais, Paul n'est pas fait pour la vie de bureau et, pour rembourser une importante dette, finit par accepter un autre job de barmaid dans une boite de nuit. Carla finit par se retrouver à nouveau seule. Mais, le destin va, une nouvelle fois, s'en mêler et ce qui avait commencé comme une simple rencontre va devenir une aventure qui changera leurs vies à tout les deux.

De la même manière que son premier essais, Sur Mes Lèvres est un film de personnages. D'un cote, Carla, secrétaire coincé, maladroite et timide, travaillant dans un milieu entièrement masculin, moqué par ses collègues, et dont le seul loisir en dehors de son travail est de rendre service à sa soeur un peu envahissante. 

Carla s'ennuie dans cette existence et se sent de plus en mal dans sa peau, le fait qu'elle devienne sourde l'isolent encore plus de la société. La secrétaire attend sans y croire le jour ou elle rencontrera l'homme de ses rêves. Son prince charmant, en somme.

Si Paul ne correspond en aucune façon à l'idée que peut se faire une femme d'un prince charmant, Carla s'attache pourtant à lui. Le type sort de prison et cherche avant tout à éviter les problèmes, cela passe par un travail. Mais, les problèmes font partie de son quotidien et ne vont pas tarder à ressurgir.

Au delà du lien qui naît entre eux, Carla et Paul vont également s'apporter une aide mutuelle. La secrétaire apprend à l'ancien taulard certaines bonnes manières (comme le fait de ne pas traiter une femme comme un objet, une des raison pour laquelle elle le repousse quand il se jette sur elle dans l'appartement) et lui va l'entrainer dans une combine dangereuse, mais, qui se révélera la plus grande aventure de son existence, lui permettant mème d'apprendre à se rebeller quant les circonstances l'exigent (face à un collègue lui piquant une affaire ou devant sa soeur).

Porté par deux acteur exceptionnel, à savoir Emmanuelle Devos et surtout Vincent Cassel, bien loin dans son jeu des clichés de ce genre de personnage, le film demeure avant tout le portrait de deux personnage attachants. Dommage que l'intrigue se perde dans une troisième intrigue inutile concernant le contrôleur judiciaire de Paul dont l'épouse a disparu.

Malgré tout, Sur Mes Lèvres demeure un très bon long métrage, très bien réalisé et porté par un duo de comédiens parfait.